Les Arpenteurs


A l’occasion de la première édition des Déferlants ! , la compagnie Le Combat Ordinaire a invité le poète, Alexis Gloaguen et le photographe, Jean-Antoine Raveyre, à travailler de concert. Tout l’été 2019, dans la cour du château du Guildo, venez découvrirez le fruit de cette rencontre artistique.

Photographie de Jean-Antoine Raveyere

A l’origine, il y a les photographies de l’artiste Lin Delpierre au sein de la compagnie La Roulotte dans la première moitié des années 90 sur lesquelles écrit Jean-Luc Lagarce.
En nous inspirant librement de ce travail, nous invitons le poète Alexis Gloaguen et le photographe Jean-Antoine Raveyre à concevoir ensemble leur part des Déferlants ! : une exposition partant du regard. Regards échangés, regards croisés, regards des habitants du territoire (Dinan Agglo), saisis dans les espaces et les lieux qui font le tissu social et culturel (cafés, boutiques, espaces publics, etc…)
Le poète et le photographe, chacun selon son art, ensemble et séparément, travailleront à transcrire ces rencontres le temps des répétitions du spectacle Juste la fin du monde. Une quinzaine de photos et de textes seront ensuite exposés sur le site du château du Guildo tout l’été. Un livret présentant ces travaux sera également disponible sur le site de l’événement.


« La marche met en route une électricité mentale. La répétition des pas se fait, à la longue, libératrice. Le déroulement d’un sentier nous confronte au feu des couronnes de mélèzes, violées de soleil au cœur de l’hiver, à la découverte odorante d’un terrier de renard, aux restes d’un animal sur les pierres, à l’ardoise magique des ombres portées sur les collines de bruyère et parcourues, comme la peau d’un cheval, de frissons brusques. Et cela suffit pour que l’on s’interroge: comment sommes-nous devenus ces noyaux ambulatoires, privés de tout enracinement et perdus en cet immense pays? Nous avons voulu nous élancer vers un monde apaisé. Certes, le plaisir y a été pour quelque chose: il pave la vie, il est l’indice de la direction à suivre, des endroits où rester. Mais cette tentative de paix est aussi une manière d’orienter nos regards, d’éclairer ce qui échappe ordinairement, d’éprouver la faim d’autres nourritures qui, par l’invasion délicieuse de nos sens, nous éclairciraient l’esprit et pourraient faire de chacun l’un de ces précieux Livres d’Expérience du moyen-âge. »

 (Alexis Gloaguen – Écrits de nature, entre Écosse et Bretagne – Éditions Maurice Nadeau, 2018)


Alexis Gloaguen

Alexis Gloaguen est auteur, poète et philosophe français né en 1950 à Plovan (Finistère). Nous avons découvert son écriture (Digues de Ciel, notamment, et Veuves de verre, aux éditions Maurice Nadeau) au cours du festival de poésie de Saint-Jacut-de-la-mer La Houle des mots, en 2018. Alexis Gloaguen sait « regarder », percevoir les choses et les décrire avec la précision du poète, avec une acuité et une singularité qui donnent au lecteur ou à l’auditeur la sensation que le sujet décrit est absolument unique, paradoxal et intemporel.
Il porte essentiellement son regard sur la nature, les insectes, les villes et leur architecture, pour en rendre une langue vivante, fragile et délicate.

Jean-Antoine Raveyere

Jean-Antoine Raveyre est né en 1977 à Saint-Etienne. Photographe depuis la fin des années 90, il a arpenté les plateaux de théâtre (il a été photographe de plateau pour des créations au sein du Collectif la Querelle (2003-2013), leurs zones d’ombres et de lumières, observé les acteurs et leur fragilité.
Il sait capter le « don » de soi, l’abandon d’un sujet à une action, à une émotion, aussi anecdotiques puissent-elles sembler.